Les Retournants

Publié le par Rachel

 

Auteur : Michel MOATTI
Editions: HC Editions
Nombre de pages :
Date de parution : le 22 mars 2018

 

Résumé :

Août 1918. Vasseur et Jansen ont décidés de fuir. Quitter le front de la Somme et ne pas mourir dans les derniers assauts de cette guerre qui n'en finit plus. Alors qu'ils s'éloignent des tranchées sous de fausses identités, les deux lieutenants scellent leurs destins. Ils se connaissent mal, mais Jansen comprend très vite que son complice est un psychopathe prenant un plaisir insupportables aux crimes qu'ils doivent commettre.
Ils trouvent refuge au domaine d'Ansennes, une étrange propriété à l'abri de la guerre et du monde. Là vivent un vieil industriel ruiné, sa fille Mathilde, poitrinaire et somnanbule, et la très secrète Nelly Voyelle, leur domestique.
Mais déjà, François Delestre, dit "le Chien de sang", un capitaine de gendarmerie traqueur de déserteurs, est sur la piste des deux hommes. Comme les limiers de chasse au flair infaillible, il a la réputation de ne jamais lâcher sa proie ....

 

Mon avis :

Cette lecture me laisse perplexe en refermant ce roman. J'ai eu un coup de coeur pour l'histoire de Vasseur et Jansen, le côté historique mis en avant, mais je reste mitigée et sur ma faim pour le côté thriller que je n'ai pas su trouver.

Michel Moatti est un auteur que j'aime énormément, Les Retournants est mon troisième roman que je lis et je peux affirmer à ce jour, que cet auteur à la capacité exceptionnelle de se renouveler dans chacun de ses écrits. Un auteur qu'il faut lire, car dans tous ses romans, il y en a, au moins un qui vous conviendra.

Si, ici le côté thriller ne m'a pas convaincu, c'est parce-que l'histoire en elle même, le côté historique a prit le dessus sur le côté fiction. Ce n'est pas un mauvais point en soi, mais j'aurai plutôt qualifié ce roman de Roman Noir et non de thriller. Après ce n'est que mon avis et certains trouveront le coté thriller à leur goût.

Avec ce roman, je suis retombée durant mon enfance, quand on me racontait les récits de la guerre. Je fais partie de la génération, qui a eu un grand parent ou un grand oncle qui a pu me raconter le quotidien, l'effroi de la guerre mais aussi de la vie au quotidien. J'ai pu connaître au travers de ces récits pas seulement les champs de batailles, mais aussi la vie de ces Retournants et celle des personnes qu'on oubli dans cette partie de l'histoire.

Michel Moatti a su refaire naître mes souvenirs, des longues soirées d'hiver durant les parties de cartes où on me racontait ces récits. Ces récits à l'époque je ne les comprenais pas toujours, j'étais toute petite et parfois je trouvais ça assez chiant de toujours devoir les écouter, alors que j'aurai préférer regarder un dessin animé.
Mais en grandissant, je me suis rendue compte de la chance que j'ai eu. Des témoignages comme ça se font rare et disparaissent au fil du temps. C'est là que je vais remercier Michel Moatti de faire honneur aux récits de son enfance, à son grand père qui parfois lui faisait peur avec ses personnages. Merci de nous rappeler cette part de l'histoire, cette part cachée, des personnes de l'ombre, de ces humains qui ont vécus l'horreur.

J'ai été touché par les personnages Vasseur un psychopathe ?! Ou un blessé mental de la guerre?! Jansen le sensible, l'humain qui a les pieds sur terre. 
Mathilde, son père et la gouvernante sont des personnages atypiques et mystérieux et j'aurai aimé qu'ils soient plus approfondis. Il me manque un petit quelques choses avec ces trois personnages et je pense que c'est à ce niveau là que le thriller aurait pu prendre une place beaucoup plus grande.
François Delestre ce personnage n'a pas vraiment eu une grande importance pour moi, trop effacé et son enquête pas forcément mise en valeur.
Voilà pourquoi mon avis est mitigé. Les personnages qui devaient mettre en avant le thriller sont passé au second plan.

Dans ce roman ce qui m'a vraiment le plus touché, c'est le côté noir de cette fuite et autour des personnages principaux Vasseur et Jansen. Ce témoignage, de leur peur, de leur destruction personnelle. L'ambiance des lieux est juste magistrale, on se voit à côté des personnages. Les descriptions sont justes parfaites. Une plume qui nous envoie en 1918, nous sommes ces Retournants.

Pour apprécier ce roman, ne le lisez pas comme un thriller, mais vraiment comme un roman noir, un roman historique. Ce sont pour moi des mémoires avant tout. Car il ne faut pas oublier, ne jamais oublier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article