Embruns

Publié le par Rachel

Embruns Louise Mey
Editions FLEUVE NOIR
Auteure : Louise MEY

Nombre de pages : 336

 

Résumé : 

 

Béa, Chris et leurs deux rejetons de presque vingt ans sont charmants, sportifs, talentueux et, surtout, ils forment une équipe complice.
Voilà une famille qui a le bon goût dans le sang, chérit les matières nobles, les fruits du marché, le poisson jeté du chalutier, la tape amicale dans le dos des braves. Voilà une team unie qui porte haut les valeurs d'authenticité, d'équité, d'optimisme. Les Moreau - c'est leur nom - ne perdent pas une miette de leur existence. Ils sont insupportablement vivants.
Et comme le veut l'adage, les chiens ne font pas des chats : Marion et Bastien sont les dignes héritiers de leurs parents. Ils ne les décevront pas. Pour l'heure, tous les quatre se sont réfugiés le temps du pont du 14 juillet sur une île de Bretagne. Un coin de paradis si prisé qu'il est impossible d'y séjourner sans passe-droit. Mais, même l'espace d'un week-end, impossible n'est pas Moreau.

Seulement, quand au retour d'une balade Béa, Chris et Bastien trouvent la maison vide, la parenthèse enchantée prend soudain l'allure d'un huis clos angoissant. La petite île, devenue terrain boueux d'une battue sous la pluie pour retrouver Marion, va révéler un autre visage :  celui d'une étendue de terre entourée d'eau où vit une poignée d'individus soudés comme des frères et aguerris aux tempêtes.

 

Mon avis :

 

Ce roman est plus qu'un coup de coeur. Ce roman est une claque. 
Avez-vous lu Les dix petits nègres ?! Si oui et que vous avez aimé, je vous conseille de suite de lire Embruns.
Embruns c'est les Dix petits nègres revisité au pays des surhommes et de la perfection. Un huis clos angoissant sur cette île de Bretagne aux allures de perfection pour la famille parfaite des Moreau.

Ce roman pourrait en ennuyer plus d'un par sa construction lente et un peu évasive. Personnellement ce genre de roman, j'adore... une angoisse, une pesanteur suffocante, un malaise constant se ressent rapidement. Même si l'auteure arrive à nous perdre sur le but premier de cette histoire en nous racontant la vie parfaite, de cette famille presque ennuyeuse tellement elle est parfaite, on veut savoir. on se prend au jeu du page turner, pour le lire sur une après midi et se dire wouahhhh, tout mais pas ça, elle m'a eu en beauté, en refermant la dernière page.

Des chapitres courts, même très courts. Des dialogues secs, l'auteure ne va pas dans la demie mesure. On se laisse prendre au jeu du chat et la souris, qui de nous ou des personnages est la souris ?!

Des descriptions qui donnent un réalisme visuel parfait. On voyage, nous sommes en Bretagne le temps de 336 pages. On se laisse conter cette histoire, comme une histoire pour enfant, mais une histoire que tout le monde ne doit pas avoir entre les mains.

Cette auteure est pour moi une révélation dans le monde du thriller psychologique. Encore une fois la femme auteur, nous montre son pouvoir de séduction et de cruauté dans la narration. Une auteure que je vais suivre de prêt, car son premier roman Les Ravagé(e)s est dans ma pal depuis bientôt un an et j'ai maintenant honte de ne pas l'avoir lu. (Sortie poche chez Pocket depuis mai 2017).

Commenter cet article