Tout n'est pas perdu

Publié le par Rachel

Editions Sonatine
Editions Sonatine

Résumé :

Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Nombre de pages : 341

Mon avis :

17/20

Ce roman psychologique me laisse toute bizarre....

J'ai eu un peu de mal à rentrer dedans, environ les 70 premières pages. Le temps de mettre en place l'histoire, de bien visualiser l'intrigue. J'étais un peu perdue par les dialogues pas totalement explicites, savoir qui parle, de quel moment et cetera, j'ai relu quelques passages plusieurs fois pour bien arriver à rentrer dans l'univers de l'auteure.

On se trouve vraiment dans un roman psychologique, psychiatrique, avec parfois des termes médicaux très complexes. Il fait parti des thrillers mais ce n'est pas une enquête, c'est vraiment plus sur le côté victimes, médical.

L'auteure aborde un sujet que je n'avais encore jamais rencontré.... la mémoire. Les psychés de la mémoire, quelque chose de complexe encore aujourd'hui dans le milieu médical. Jouer de la mémoire, savoir ce qui est réel ou non réel. Comprendre qu'on peut fabriquer des souvenirs, nous persuader qu'un événement peut être un souvenir sans l'avoir vécu.... La manipulation de la mémoire. Faut il croire ce que l'on voit ou avoir cru voir?!

J'ai été séduite par l'approche de l'auteure. La narration du psychiatre, une impression de conversation avec lui, d'être en tête à tête avec lui.

L'auteure ne fait pas dans la demi mesure quand elle retranscrit les scènes d’agressions, la violence, le malaise, la souffrance, j'ai tout ressenti comme si j'étais Jenny Kramer.

Tout le monde est coupable au fil des pages, mais petit à petit, l'auteure élimine les suspects à travers des explications d'Alan le psychiatre et pour en arriver à un final surprenant.

Ce n'est pas un véritable coup de coeur, car beaucoup de fois je me suis sentie perdue, j'ai mis du temps à le lire 4 jours et demi pour 341 pages, il faut faire souvent des pauses pour bien enregistrer et comprendre ce qu'on vient de lire. Un livre difficile mais qui m'a marqué et je pense que je ne l'oublierai pas de sitôt. Un nouveau genre dans le monde du thriller et une belle découverte.

Commenter cet article

bookandrap 26/09/2016 12:21

On a eu le même ressenti pour ce bouquin... Bon mais complexe par sa densité. Moi aussi j'avais mit longtemps à le lire pourtant il est peu épais. J'avais adoré ce côté psychologique et comme tu le dis dans ta chronique c'est + centré sur ses souvenirs, sur tout ça que sur l'enquête en général et j'avais adoré cette narration :)
Très belle chronique !
Bisous

Rachel 26/09/2016 12:47

Merci copine chroniqueuse bisous ma belle