Le diplôme d'assassin

Publié le par Rachel

Editions Envolume (clic clic la photo)
Editions Envolume (clic clic la photo)
Ce roman m'a été envoyé par les Editions Evolume via la Masse Critique de Babelio, je tiens à les remercier.
  • Sortie le 25 octobre 2016

Résumé :

Dans les années soixante, le père Jean se situe aux antipodes de la plupart des curés : il croit profondément en Dieu, mais nourrit une solide aversion pour les religions. Et pourtant, il ne défroque pas et continue à enseigner les lettres à Saint-Sigismond. Un crime commis dans son collège le désigne comme suspect numéro un, mais un véritable coup de foudre amical le lie à Marcel, le commissaire
qui l’interroge, et transforme son destin. Il devient un justicier atypique et efficace qui règle ses comptes avec le vice et la ta
rtufferie

Nombre de page : 184

Mon avis :

Note : 13/20

Tout d'abord je tiens à dire que le livre est magnifique, une couverture noir aux tendances brillantes. Le papier à l'intérieur ressemble aux vieux livres, un papier épais comme j'aime. De la très bonne qualité pour cette maison d'éditions que je viens de connaître.

Parlons du roman....

Autant dire que le résumé m'avait de suite attiré, donc j'ai commencé ce roman avec beaucoup d’enthousiasme et puis plus le pages tournaient et plus je me suis ennuyée.

C'est triste à dire et je n'aime pas faire ce genre de chronique.

Une très grosse première partie qui se met en place, mais longue longue longue..... Pourtant cette façon d'aborder l'histoire me plaît d'habitude, style journal intime d'un curée Anarchiste, rebel, anticlérical.... mais je ne suis pas arrivée à me projeter.

La seconde partie était un peu mieux, mais on survole trop "l'enquête", si on puisse dire qu'il y en a une. On passe totalement à côté de cette enquête. J'aurai voulu voir évoluer les personnages et leur amitié au milieu d'investigations plus poussées.

Je pense que le format de 184 pages est bien trop petit pour exploiter cette histoire, j'ai eu l'impression de lire un résumé, mais en même temps ce résumé m'a paru long.

Il y a pourtant à la base une superbe intrigue, ce curé a une personnalité qu'on aurait pu grandir, détailler beaucoup plus. Il joue avec son entourage, personne ne peut vraiment le cerner et ça aurait pu aller en faveur de l'enquête de jouer double Je/Jeux.

J'ai beaucoup aimé me retrouver dans les années soixante, époque que je n'ai pas connue. L'après les Trente Glorieuses, Mai 68, le pouvoir de l'église sur l'éducation et cetera.... Une part historique qui rappelle qu'on a pas toujours été dans l'époque de la technologie.

Le diplôme d'assassin
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article